1400451_42594140

Photo: john kovacich

Non. Nulle part dans les Evangiles nous voyons Jésus contraindre les gens à croire. Le Nouveau Testament nous dit que, ” Jésus allait de ville en ville et de village en village, prêchant et annonçant la Bonne Nouvelle du Royaume de Dieu.” (Luc 8:1) Il partageait simplement La Bonne Nouvelle, et Il a envoyé Ses disciples à faire de même (Luc 9:2). Jésus n’a pas forcé les portes pour les ouvrir et ne s’est pas imposé dans la vie des gens (Apocalypse 3:20). Il attend d’être reçu (Jean 1:12). Il permet aux gens de choisir librement (Jean 5:39-40, Matthieu 22:3) qui ils vont suivre.

Alors, est-ce correct d’essayer et de forcer vos croyances sur quelqu’un? Non. Est-ce correct de partager La Bonne Nouvelle humblement, avec douceur et respect, de tout ce que Dieu a fait? Absolument. Après, c’est à chacun de décider de croire ou non.

Sur La VERITE:

“La Vérité est tellement obscurcie de nos jours et les mensonges si bien établis qu’à moins d’avoir un amour pour la Vérité nous ne la reconnaîtrons jamais.”

Blaise Pascal (1623-1662)

Mathématicien, Scientifique Français, Chrétien, Philosophe; “Pensées”, dans “Christianity for Modern Pagans: Pascal’s Pensées” (Le Christianisme pour les Païens Modernes: Les Pensées de Pascal) de Peter Kreeft, 1993, p:216

“Si vous demeurez dans Ma Parole, vous êtes vraiment Mes disciples; vous connaîtrez la Vérité et la Vérité vous affranchira.”

Jésus-Christ – Evangile de Jean, 8:31,32


 


Versets mentionnés ci-dessus:

Luc 9:2  Il les envoya prêcher le Royaume de Dieu et guérir les malades.

Apocalypse 3:20 Si quelqu’un entend Ma voix et ouvre la porte, J’entrerai chez lui, Je souperai avec lui et lui avec Moi.

Jean 1:12 Mais à tous ceux qui L’ont reçu, à ceux qui croient en Son Nom, Il a donné le pouvoir de devenir enfants de Dieu,

Jean 5:39-40 Vous sondez les Ecritures parce que vous pensez avoir en elles la vie éternelle: ce sont elles qui rendent témoignage de Moi. Et vous ne voulez pas venir à Moi pour avoir la Vie!

Matthieu 22:3  Il envoya Ses serviteurs appeler ceux qui étaient invités aux noces; mais ils ne voulurent pas venir.